05 janvier 2006

Sharon entre la vie et la mort

ariel_sharon1


Ariel Sharon est dans un état critique
Le Premier ministre a été victime d'une attaque vasculaire cérébrale massive. Ses chances de plein rétablissement sont faibles. Olmert assure l'intérim.

oins de trois semaines après un premier accident vasculaire cérébral le 18 décembre, alors qualifié de léger, le Premier ministre israélien Ariel Sharon, 77 ans, a de nouveau été admis d'urgence mercredi soir 4 janvier à l'hôpital Hadassah de Jérusalem, cette fois pour une importante hémorragie cérébrale.
Après une seconde opération de sept heures, il a été transféré dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital Hadassah de Jérusalem et ses signes vitaux sont "stables", a annoncé le directeur de l'hôpital, jeudi 5 au matin. Les signes vitaux d'Ariel Sharon sont "stables" mais le Premier ministre israélien demeure dans un état grave, a souligné le Dr Shlomo Mor-Yosef.
Il a précisé que cette deuxième opération avait permis de stopper l'hémorragie cérébrale massive.
D'après le secrétaire du gouvernement Yisrael Maimon, les pouvoirs de Ariel Sharon ont été transférés à son vice-Premier ministre, Ehoud Olmert, en raison de l'anesthésie générale.

Réunion

Le cabinet israélien s'est réuni jeudi matin pour un conseil extraordinaire présidé par le Premier ministre par intérim Ehoud Olmert. "C'est un jour difficile", a dit Olmert à des ministres à l'air sombre.


La chaise de Sharon au centre de la longue table ovale est restée vide. Olmert a ajouté que les ministres se remettaient au travail "et attendent de bonnes nouvelles de l'hôpital".
Ce conseil extraordinaire est destiné à envoyer un message de stabilité et de continuité aux Israéliens, a souligné un ministre.

Opération

Les médias israéliens rapportaient aux alentours de 4h00 françaises que l'intervention chirurgicale destinée à drainer le saignement avait été accomplie et que les docteurs étaient désormais en train de cautériser les vaisseaux sanguins.
Mais selon la station Israel Radio, qui citait une source médicale anonyme, les chances d'un plein rétablissement pour Sharon étaient minces.
A l'extérieur de l'hôpital où se déroulait l'opération, un des principaux conseillers d'Ariel Sharon a prévenu tous ceux qui chercheraient à exploiter la situation.
"A quiconque entretenant l'idée d'essayer d'exploiter cette situation(...), les forces de sécurité et l'armée sont prêtes pour n'importe quel défi", a déclaré Raanan Gissin.
Ariel Sharon avait déjà été admis le 18 décembre dernier à Hadassah pour un accident cérébral vasculaire alors qualifié de léger.
Les médecins avaient affirmé à ce moment que Ariel Sharon ne garderait pas de séquelles, mais avaient découvert une malformation cardiaque congénitale, une petite cavité de moins de 2mm. Une intervention chirurgicale, une cathéterisation cardiaque destinée à combler cette cavité, avait été programmée pour jeudi à l'hôpital Hadassah.

Malaise

Mercredi soir, Ariel Sharon a éprouvé un malaise alors qu'il se trouvait dans son ranch du désert du Neguev, dans le sud d'Israël, selon ses services. Il s'y reposait en prévision de l'intervention de jeudi et a été transporté d'urgence par ambulance jusqu'à l'hôpital Hadassah de Jérusalem, à plus d'une heure de route. On ignore pourquoi ce transfert n'a pas été effectué par hélicoptère ou par avion.
D'après le Dr Shmuel Sharira, directeur adjoint de l'hôpital Hadassah, l'attaque cérébrale s'est apparemment aggravée durant le trajet et "s'est développée rapidement". L'intervention chirurgicale, a-t-il expliqué, consiste à drainer le sang qui s'est répandu dans le cerveau.
D'après la deuxième chaîne de la télévision israélienne, plusieurs fonctions vitales ont été affectées par l'attaque cérébrale, qui a entraîné une paralysie de la partie inférieure du corps, informations non confirmées dans l'immédiat.

Traitement

Depuis le 18 décembre, le Premier ministre prenait un traitement anticoagulant, afin de prévenir la formation de caillots susceptibles de provoquer un accident vasculaire. Les médecins lui ont également prescrit un régime, expliquant la semaine dernière que M. Sharon, en net surpoids, avait perdu plusieurs kilos.
L'hémorragie cérébrale de Ariel Sharon intervient à moins de quatre mois des élections législatives anticipées du 28 mars et suscite de nouveau des interrogations sur la capacité du Premier ministre à mener sa nouvelle formation centriste Kadima ("En avant") vers la victoire et accomplir un troisième mandat s'il est élu. Les sondages donnent pour le moment une large avance au parti centriste.
Le Grand Rabbin d'Israël, Yona Metzger, a demandé aux Israéliens de prier pour la santé de Ariel Sharon. "Nous sommes très, très inquiets", a-t-il dit.
Les responsables politiques de tous bords ont également exprimé leurs souhaits de prompt rétablissement.

Maison Blanche

A Washington, le président George W. Bush a été informé de la situation par son conseiller à la Sécurité nationale Stephen Hadley et son administration est en contact avec le gouvernement israélien, a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Scott McClellan. Ariel Sharon est au cœur "de nos pensées et nos prières", a-t-il dit.
Les hémorragies cérébrales ne représentent que 10% environ des attaques cérébrales. Elles résultent d'une rupture d'un ou plusieurs vaisseaux sanguins ou d'une trop grande prise de médicaments anticoagulants. L'hémorragie cérébrale constitue "la plus dangereuse de tous les types d'attaques", la moitié des victimes décédant dans un délai d'un mois, précise le Dr Robert A. Felberg, neurologue de La Nouvelle-Orléans.

Source
Le 05/01/2006

Moralité : ce n'est pas pour être méchant ou que je "tcheffa", mais à force d'avoir du sang dans les mains, il fallait bien qu'un jour ou l'autre ce sang lui monte à la tête.

Posté par StrangerInTheNet à 10:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Sharon entre la vie et la mort

Nouveau commentaire